Accueil > Immobilier et patrimoine > Préparation de la retraite et capitalisation

L'ANTICIPATION DU FINANCEMENT DE LA RETRAITE

Préparation de la retraite et capitalisationLe dernier rapport annuel du COR (le Conseil d’Orientation des Retraites) de juin 2019 a confirmé que les revenus prévisibles  (pensions de retraite) des retraités sont appelés à baisser ces prochaines années. La réforme prévue en 2020 risque par ailleurs de pénaliser certaines catégories professionnelles. Cette constatation n’est pas une surprise et les raisons sont multiples : le départ à la retraite de la génération du baby-boom (de l’après-guerre à la fin des années 70), dans un contexte de non-renouvellement des générations (il y aura bientôt plus de retraités que d’actifs), s’ajoute à l’augmentation de l’espérance de vie.

Préparer sa retraite le plus en amont possible

Le fait de vivre plus longtemps a une double conséquence : les années de retraite à payer sont plus importantes, tout comme les besoins financiers. Car, on le sait, la gestion des problématiques de dépendance et d’Alzheimer (cas exponentiels dans une population de plus en plus âgée) est coûteuse.

  • D’après certains économistes, le taux de remplacement – c’est-à-dire le rapport entre le montant des pensions versées et le montant des derniers revenus professionnels – se dégrade de façon significative.
  • Selon le dernier rapport du COR, le taux de remplacement net d’un cadre né en 1956 partant à la retraite à 62 ans en 2019 serait de 54,3 %, et de 75,9 % pour un non cadre. Quant au taux de remplacement du non-cadre du privé, il baisserait au fil des générations : il serait de 75 % pour la génération 1955 et varierait entre 63 % (scénario 1 %) et 68 % (scénario 1,8 %) pour la génération 2000.
  • La réforme des retraites 2020 en cours risque par ailleurs de pénaliser encore les professions les plus aisées.

Ces chiffres sont souvent mal connu des intéressés qui, lors de sondages réguliers, imaginent que leurs revenus baisseront de 20% à 30% seulement à l’heure de la retraite. Cette surestimation des revenus à percevoir à la retraite se traduit par un manque de préparation des cadres à cette échéance.

Pour profiter de l’épargne disponible

Dans ces conditions, aider vos clients à préparer financièrement leur retraite, et cela, même s’ils sont jeunes, est un impératif. En effet, la situation problématique de notre système de retraite a un double impact : aux revenus amoindris auxquels doivent s’attendre les futurs retraités s’ajoute une charge financière qui risque d’aller en grandissant sur chaque actif, réduisant, du même coup, leur épargne disponible.

Il s’agit donc, dès aujourd’hui, de leur permettre de placer des économies encore conséquentes, en optant pour la mise en place d’une retraite individuelle par capitalisation ; la retraite par répartition ne suffisant plus, à assurer un train de vie correct aux générations du 3e et 4e âge.

L’immobilier : placement phare de la préparation financière des retraites

  • D’après les chiffres de l’INSEE, les trois-quarts des retraités en France sont propriétaires de leur résidence principale, ce qui est appréciable à l’heure de la baisse des revenus. Ce contrôle des charges est toutefois insuffisant pour procurer des revenus au moins équivalents, sinon supérieurs, à ceux perçus pendant la vie active. Pour y parvenir, une politique dynamique d’investissement immobilier est nécessaire, dans le but de générer des revenus complémentaires. À l’image de la majorité des Français, vos clients attendent sans doute, d’abord et avant tout, des conseils sur l’immobilier et ses multiples formes pour préparer leur retraite.
  • Une enquête réalisée en avril 2016 par IFOP-CECOP, pour le Cercle de l’épargne, a révélé que l’immobilier locatif arrive en tête des placements les plus intéressants pour préparer sa retraite (cité à 65%, devant l’assurance-vie). Pour les sondés, l’immobilier locatif est considéré comme un placement sûr et favorable aux héritiers (transmission d’un bien tangible). Ils ont aussi été 51% à estimer que l’immobilier est le placement le plus rentable, loin devant les actions (17%) : la notion de sécurité entrant sans doute en compte dans cette perception.

Sélectionnez le placement immobilier qui correspond à chaque objectif patrimonial

iSelection Patrimoine, spécialiste d’un large panel de possibilités d’investissements immobiliers, du LMNP au Malraux, en passant par la nue-propriété, les Monuments Historiques ou le Pinel, peut vous aider à orienter vos clients dans leurs choix visant à se constituer un patrimoine immobilier en vue de la retraite. Au diagnostic patrimonial et fiscal que vous poserez, une solution immobilière existe, pour répondre aux attentes de chaque client.

L’idée est d’acheter un bien lorsqu’on est encore actif et que le crédit reste accessible à moindre coût, pour le mettre en location jusqu’à sa retraite. À partir de là, chacun déboucle la situation selon ses objectifs : poursuivre la location pendant sa retraite afin de compléter ses revenus ou vendre le bien et se constituer un capital, après avoir profité d’une plus-value, le cas échéant. Dans tous les cas, les dispositifs fiscaux attachés à la majorité des placements immobiliers permettent à vos clients de substantielles économies d’impôt.

La possibilité – qui n’existe pas pour les autres placements – de se constituer un patrimoine à crédit, avec tous les avantages que cela implique (effet de levier, protection de la famille via les assurances décès invalidité, etc.), constitue une plus-value de choix pour l’immobilier, à laquelle les épargnants sont sensibles.

 

Partenaire des CGP,  iSelection Patrimoine est un spécialiste reconnu dans le domaine de l’immobilier qui présente de nombreuses solutions en corrélation avec la stratégie patrimoniale de chacun de vos clients.